21 février 2010

le pouvoir de l'écriture

Il n'y avait pas une ligne de plus dans le courrier adressé par Catherine. Mais ce blanc silence des mots était son message. Comme la musique fait avec le silence, l'écriture fait avec le blanc, et l'invisible avec l'image (car il y avait des images, dans le second courrier – il faudra cliquer sur la signature pour les voir). La signature. C'est la première marque de l'existence d'un individu humain. Son fragment d'écriture. Son empreinte. En elle est inscrite le pouvoir magique. Toujours le même, le seul, l'unique pouvoir magique que... [Lire la suite]
Posté par gasparnoc à 15:35 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

18 décembre 2009

un rêve qui fait rêver

... Ça, c'est mon cinéma personnel ; c'est quand je mets ma machine à fictions au service de mon ego. J'ai toujours compensé le réel dans la salle obscure de mon cerveau, c'est une vieille habitude que j'ai réactivée pour faire face à la maladie. Ce qui est nouveau, en revanche, ce sont les rêves, les vrais, ceux de la nuit, qui se déroulent en dehors de tout contrôle. Je fais comme avant des rêves compliqués, absurdes, érotiques, idiots, poétiques ; mais depuis que mes jambes ont commencé à faiblir, il m'arrive de ressentir leur... [Lire la suite]
Posté par gasparnoc à 13:58 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
02 décembre 2009

laissez-moi dormir

Le jardin, je l'ai mis sous la couette de crottin et de feuilles. Il devrait dormir. Il est si troublant rougeoyant, ambré, mûr, mature, ses grenades éclatées... ses roses lourdes...  et moi, comme une conne, je marche  ! Et puis tous ces oiseaux qui s'agitent, qui piaillent, qui n'en finissent pas de partir. Laissez moi tous. J'ai bien mérité d'être un peu tranquille, non ? Et tous ces bouquins non encore lus à côté de mon lit qui m'appellent grivoisement, lubriquement, lascivement, sadiquement. Je peux pas être un... [Lire la suite]
Posté par gasparnoc à 12:39 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
18 novembre 2009

football

L'écriture est un délire collectif, délire mimétique, construction et déconstruction, c'est un grand jeu, comme le football. Comme la peinture débordante de Nicolas de Staël. Sa pâte rouge, bleue, blanche ou noire. Il ne faut rien dire devant elle, elle parle, tout d'un coup notre corps la reçoit, comblé d'une langue subitement apprise. Ainsi nous connaissons la langue des peintres, comme la langue des oiseaux, celle des ruisseaux ou de la nuit. Extrait de "l'absurdité ou le chemin du désir" de kelcun > Lire ... [Lire la suite]
Posté par gasparnoc à 12:26 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
12 novembre 2009

voyage dans les mots

Si partir est très beau, le voyage dans les mots se prête aux beaux départs sans qu'il soit nécessaire de penser au retour. Le doigt sur un bouton, te voilà dans les airs, passant aux antipodes en l'espace d'un cillement, et franchissant les nuées et les barrages d'étoiles jusqu'à la couche d'ozone. Le voyage dans les mots embarque l’écrivain comme un cavalier seul qui file entre les lignes, saute toutes les virgules et grille tous les points à l’exception bien entendu des points de suspension. Toutes ces ponctuations qui servent... [Lire la suite]
Posté par gasparnoc à 21:30 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :
09 novembre 2009

dernier texte avant le plongeon final

Je pars pour reprendre, poursuivre et achever un voyage déjà commencé, de ces voyages en solitaire et pas forcément ordinaire, précieux, mais qui pourrait paraître futile et étrange à tous ceux qui se désintéressent de l'écriture. Je ne sais pas vraiment où il va me mener même si j’en ai une vague idée et si j’en ai déjà appréhendé le déroulement. Appréhendé oui. J’appréhende le moment où je voyage. Je l’appréhende et je le désire. Je le crains et le motive. Je le retarde ou l’avance. Ou bien, qui sait ? N'est-ce... [Lire la suite]
Posté par gasparnoc à 21:56 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

08 novembre 2009

la proximité de l'autre

« Mais il n’y a pas assez dans votre porte-monnaie ! »La voix, forte et aiguë me tire de l’indifférente torpeur de l’attente. C’est samedi après-midi et au Monoprix de la Place Garibaldi, nous sommes nombreux à patienter pour régler nos achats.Soudain tous les regards convergent vers la caissière qui a ainsi parlé. Il se passe quelque chose. Les cous se tendent, les voix se font murmures. Lire la suite >
Posté par gasparnoc à 22:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 mai 2009

sur le cahier d'écriture, pour Mabruka

7 mai 2009. Dans certaines circonstances L'être humain ne compte pas. Il suffit qu'il gêne la bonne conscience d'un groupe qui s'est approprié un territoire ou un magot qu'il gêne le passage des armes ou des bombes qui nettoient le territoire ou protègent le magotqu'il gêne parce qu'on a décrété noir sur blanc qu'il gêne dans ces circonstances, le pouvoir politique, sourd et aveugle, broie l'être humain sans un regard Ce n'est pas nouveau, ni au Sri Lanka, ni au Pakistan, ni en France, ni en Italie, c'est tous les jours... [Lire la suite]
Posté par gasparnoc à 00:44 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
03 mai 2009

il écrit dans la neige

À présent les nuages défilent et le soleil met les voiles et le type avance en métronome, toujours dans ma ligne de mire. Il faudrait continuer à le garder à vue pour espérer le rejoindre. Alors je pioche, je tire sur les bras, je m'applique à rentabiliser mes efforts, à glisser plutôt que de marcher, à poser des appuis stables sur ce dévers inconstant. Bon élève, je fais ce qu'Alexandre m'a toujours dit de faire : je me concentre sur la technique quitte à laisser s'échapper quelques pensées hasardeuses par le haut, par la tête.... [Lire la suite]
Posté par gasparnoc à 15:07 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
26 avril 2009

écrire ?

Les murs d'une chapelle du XVè siècle à La Trinité, dans le Morbihan. Lorsqu'on y entre on sait tout d'un coup, mieux que jamais, ce qu'est l'écriture. Ou plutôt quelque chose le sait, les pierres du sol, l'air tranquille que la lumière pénètre et que les pas entament, le temps partout et insaisissable. Toutes les heures d'une vie, tous les âges, toutes les prières, toutes les souffrances, tous les espoirs, rien, rien n'est étranger à cette écriture, rien de ce qui est et a été humain. "mon attention fut attirée par le... [Lire la suite]
Posté par gasparnoc à 23:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,