Durant ces deux mois qui viennent de suivre la parution de son recueil Je veux des mots debout, Jean a envoyé à ses amis 70 poèmes – tous, ou presque, dédiés à l'amour, à la femme aimée. L'homme écrit-il pour rester debout ? Ces mots-là sont-ils ceux qui le tiennent – mots d'amour confondus à l'amour-même, et l'amour à la vie, à sa possibilité jour après jour ? Chaque jour ou presque, un poème – ou deux.
Mais aujourd'hui, 70ème poème, 187 jours après le
Douze-un-dix...

Laissons parler la Terre

Laissons parler la Terre
En refrains de séismes
Qui font des bruits de fond,
Des roches-mères aux immeubles
Qui s'effondrent ou qui glissent
Sans préavis de casse.

Laissons parler la Terre
Sur les tons de sa colère
Qui monte en ascenseur
Jusqu'aux énièmes étages
Pour semer morts et larmes
Dans sa langue de bois.

Jean SAINT-VIL
le 17 juillet 2010.