Ajours138Je m'suis levé engourdi de froid. Il faisait pas tellement jour. L'eau dans la bouilloire éprouva une certaine difficulté à bouillir, peut-être était-ce parce qu'il n'y avait plus de gaz ? J'éluciderai ça un autre jour. Ce qui est sûr c'est que j'avalai un Nescafé tiède et c'est vraiment dégueulasse, ça donne envie de gerber.
Je n'ai pas eu le temps de laver mes chaussettes, que déjà le crépuscule mordoré tomba comme une pierre dans un vaisselier empli d'assiettes en porcelaine de Limoges.
Décidément, les jours d'aujourd'hui ne sont plus ce qu'ils étaient. Un sentiment de m'être fait entuber par ce jour trop bref m'envahit brièvement et je partis dans la nuit sans un dernier regard sur quoi que ce soit.

F. de Féline

Illustration de l'auteur. in AJOURS. éd. "UNIVERSALE ORIGINAL", 2008
Voir aussi >>> le JOURNAL