L_oiseau_chacal_4L_oiseau_chacal... À quatorze heures pile, quand Hector faisait sa sieste, Maria montait au grenier. Elle se dirigeait vers l'étendage où séchaient sur des fils, au moyen de pinces à linge, de grandes feuilles d'écriture. Elle les retournait selon les besoins, les déplaçait, en rangeait quelques unes sur la pile.
    Parfois, de façon imprévisible, Hector se réveillait et montait la rejoindre.
    – Pourquoi fais-tu sécher tes écritures ? demandait-il ...

Sarah Wells. L'oiseau-chacal, p.87

         
De Sarah Wells, dans ce catalogue, voir aussi L'île   et la réédition de L'oiseau-chacal

vous pouvez commenter ce livre (ci-dessous)